Se jeter dans le vide, avec rien et en partant de rien.

Quand on a commencé à organiser ce festival mariage avec Aurélie, on ne se rendait pas compte de que ça représentait. Mais quel projet super excitant!

A quoi allait ressembler notre événement? Comment allait-on l'appeler? Ou l'organiser? Comment communiquer? 
A la base, on en savait fichtre rien. Même si nous avions de beaux rêves et idéaux, on a commencé avec une page blanche. 3 idées étaient toutefois très claires dans nos têtes. Des idées que l'on a gardé en tête tout au long de l'organisation. Nous voulions: 

1) Que les futurs mariés y trouvent de super prestataires. Les plus qualitatifs, humainement et professionnellement. Des prestataires mariages que l'on conseillerait à nos amis en toute confiance. 
2) Que ce soit inspirant! Que l'on s'amuse avec les tendances, la surprise, sans être trop pointu et inaccessible. Nous ne voulions pas d'un salon du mariage qui ressemble à un salon de la construction, où les prestataires sont dans des box et où les visiteurs se sentent harponnés. Nous voulions un concept qui parle à chacun et où tout le monde puisse s'y sentir bien.
3) Que les prestataires entre eux se sentent bien. Que l'on communique tous ensemble et que l'on travaille ensemble. Je vous l'avait dit il y a quelques jours, je vois le marché du mariage comme un petit milieu proche de l'artisanat, avec plein de personnalités et de talents. Les avoir tous regroupés lors d'un événement, c'est vraiment chouette.

Financièrement, nous n'avons ni l'une ni l'autre gagné à l'Euromillion (ABON!) et donc, nous devions tout construire à partir de... Rien. Ce qui veut dire, un peu de galère et redoubler (tripler?) de travail pour arriver à ses fins. Pour ce festival, on part de rien, avec rien, sauf notre motivation. Au delà du financier, on joue aussi notre image. Si on se plante... On ne nous le pardonnera pas. Pour arriver à réaliser ce festival de la meilleure manière qui soit, on doit oser, se mettre en danger et sortir de notre zone de confort.  Notre objectif: Ne pas perdre d'argent. 

sans titre-12.jpg

Une première édition, c'est un saut dans le vide. Aurélie et moi, on est convaincue à 1000%. On s'est jetée à corps perdus dans ce projet. On parle à qui veut l'entendre de notre super événement, on a de belles idées... Mais comment convaincre les prestataires et les visiteurs de venir au festival? Comment les convaincre de participer au projet avec nous? De se lancer dans la folle aventure? 

Créer une première édition, ça veut dire n'avoir aucun chiffre à présenter. Aucun recul. Dès le lancement et l'annonce du festival, on a eu des retours de photographes, wedding planner, fleuristes dont on sera éternellement reconnaissantes.
"C'est génial que vous fassiez ça, on l'attendait tellement! On sera là!".
Je vous assure, quand on se jette dans le vide à ce point, c'est comme d'apprendre  qu'à l'atterrissage, il y a des coussins de plumes. 

Bien sur, ça n'a pas été simple pour autant. Passé l'excitation des débuts et de l'annonce de la création du festival, tout restait à faire. On a eu des désillusions, des tracas... Beaucoup de stress. On en a encore bien sur.

Pour que tout le monde ait envie d'être au festival, on a trouvé qu'une seule vraie arme: Tout donner. Faire au mieux, aller au bout de ce que l'on imagine, toujours pousser plus loin. 
On a analysé ce dont les gens avaient envie et pour un événement mariage. On a mis en place une communication hyper complète pour que tout le monde se sente touché, différente de ce qui avait déjà été créé. On a offert des "Welcome kits" avec des cadeaux à nos prestataires mariages (que l'on surnomme notre Gold Team), pour les remercier de nous faire confiance. On a imprimé le tote bags favoris des visiteurs en proposant 3 modèles de base. On a monté un magazine de presque 100 pages, qui est en train d'être imprimé en ce moment même et qui sera distribué gratuitement aux visiteurs. Pour finir, on a organisé une "Journée Pro", la No Diggity Day. En deux mots, il s'agit d'une journée réservée aux professionnels du mariage durant laquelle il y aura des conférences et des ateliers modules. C'est l'opportunité de se rassembler, d'échanger, d'apprendre ensemble, de discuter et de faire connaissance. 
 

Capture d’écran 2017-12-26 à 13.19.17.png
22851303_10213521899376829_1389599167_o.png
22879391_10213521898776814_270243786_o.png

Un travail titanesque mais qui représente une multitude de projets que l'on est heureuses de réaliser. On dort peu, on a quelques rides supplémentaires et une mine fatiguée, mais notre motivation est indemne. On le savait, saisir sa chance demande énormément de travail. 

Demain, je vous raconte comment on en est venu à choisir ce nom, "Oh Darling Festival". Je vous dévoile les premiers noms qui nous étaient venus en tête, les ébauches, les réflexions...  Je vous explique aussi comment nous avons choisi ce lieu. Le Château de Terblock. Pourquoi Overijse, pourquoi cet endroit. 

L'article est prêt, mais j'essaie de ne pas vous assommer avec cette année de travail résumée en quelques posts!

See you tomorrow!
 

 
 
 

 

 

AisyAnd I Said Yes2 Comments