Vous parler de moi, un peu.

"Mais elle est ou?"
 

Je n'ai pas pour habitude de parler de moi ici. Pour plusieurs raisons:
- J'ai toujours préféré m'en tenir au contenu mariage en me disant que ma vie personnelle n'a pas grand intérêt pour vous. 
- J'ai toujours admiré les blogs américains. Wedding Chicks, Style Me Pretty, Junebug... Ces blog n'ont rien de très personnels, mis à part leur sélection. Mais ils aspirent la confiance et le sérieux. C'est ça que je voulais pour AISY! Que les lecteurs se sentent en confiance de par la rigueur. A ma petite échelle, je me suis imposée cette rigueur. Un minimum de 2 posts par semaine, même en vacances. 
- Je n'ai jamais aimé les blogs qui permettaient aux blogueurs de parler d'eux avant de parler du thème principal, quel qu'il soit. 
- J'ai toujours voulu garder une éthique stricte et donc, j'ai longtemps un peu caché mon autre travail. Je suis photographe de mariages. Je ne voulais pas que l'on pense que j'utilisais le blog pour me mettre en avant. 

Finalement, vous ne connaissez pas grand chose de moi (pour ne pas dire rien).
Et là, ça fait 1 mois que je n'ai plus blogué. Autant dire une éternité pour un blog.
Difficile de vous expliquer aujourd'hui la réelle cause de cette absence sans vous expliquer plus profondément qui je suis et ce qu'il se passe dans ma vie. Je vous rassure, tout va bien!

Je ne suis pas une blogueuse modèle... Je n'aime pas vraiment me montrer, je ne suis pas très corporate et networking... On me surnomme l'ours. A première vue, j'ai apparemment l'air peu sociable et assez austère. Ca me fait beaucoup rire! Ceux qui me connaissent un tout petit peu le savent, je ne suis pas comme ça. Bon, un peu ours peut-être. Mais quand même sociable.
Je pense que c'est une question d'auto-protection. Je suis quelqu'un qui a besoin d'honnêteté. Quand vous avez un blog qui fonctionne et qui fait vendre, il y a du monde qui tout à coup vous chante des louanges. C'est loin d'être de la prétention, j'essaie juste de garder la distance par rapport à ça. Au risque d'avoir l'air carrée et coincée, ce qui m'intéresse c'est du concret: de l'info, des choses chouettes à proposer aux lecteurs, pas du blabla-on-est-trop-copains-coeur-avec-les-doigts. (Ours un peu quand même, je vous avais prévenu!)

Il y a quelques années et simultanément à la création d'AISY, je quittais mon job de mise en page chez Femmes d'Aujourd'hui et je tentais de lancer mon activité de photographe. J'ai toujours eu énormément d'ambition pour ce blog mais trop peu de temps. Ca a été un peu la galère. En fait, même la galère pure et dure! 
Je ne suis pas un cas isolé, tous ceux qui ont quitté leur job pour essayer, avec leurs petits moyens, de vivre de leur passion sont passés par là. Ca n'a pas été simple. J'ai travaillé vraiment dur. Mais quelques années plus tard, je peux officiellement dire que je suis devenue photographe et blogueuse mariages. Les samedis, je parcours la Belgique (ou l'Europe, tellement de chance!) de part en part pour vivre des moments incroyables. Les mois passent, les mariages aussi. Mon style photo et mes gouts s'affinent petit à petit. Je me sens de mieux en mieux avec ce que je fais. 

Depuis quelques années, je vis à 100% et à 100 à l'heure. J'adore ce que je fais, à tous les niveaux. Je bouillonne de nouvelles idées, de nouveaux projets et d'envies.
En 2016, ma vie professionnelle était composée de :
- Ce blog
- Mon activité de photographe mariages
- Du graphisme, toujours chez Femmes d'Aujourd'hui
- La gestion du groupe Facebook du blog, le Yes Market

Chacune de ces sections suffirait pour un 3/4 temps, voire à un temps plein dans l'idéal. Soyons honnête, le blog et le Yes Market ne m'ont jamais fait gagner ma vie. Ca ne m'empêchait pas de continuer à travailler d'arrache pied.
"Oui mais c'est quoi le but au final? Vivre de ton blog?" Non, pas vraiment. Pour un blog avec un thème aussi précis qu'est le mariage, il faudrait que j'accepte tout et n'importe quoi comme partenariats sponsorisés pour en vivre un peu.

Je n'ai jamais vraiment su où tout ça me mènerait, mais j'adorais.
Grâce au blog, j'ai rencontré un tas de gens. En tant que futur marié, on ne se rend vraiment pas compte de l'artisanat derrière le mariage. La majorité des gens que j'ai rencontré sont de vrais passionnés. Vous pouvez me croire, la plupart gagnent peu/très mal leur vie mais donnent tout ce qu'ils ont pour vivre de leur passion. Dès le début du blog, j'ai eu la chance d'être entourée de très belles personnes du milieu du mariage. Elles m'ont boostées et motivées par leur soutien. Ces personnes ont maintenant des places très importantes dans ma vie. Si elles passent pas ici (et je sais que oui) , m-e-r-c-i! (Ours gentil quand même? C'est Noël après tout!)

Ou mais, comment être sur tous les fronts? En 2016, j'ai du prendre 10 jours de congés. 10 jours réellement OFF,  J'ai eu une énorme saison mariage en photo. Les dimanche, jours fériés... Pas de pause. Le rythme était dingue. En octobre 2016, j'étais proche du lacher prise. Physiquement, mentalement, j'avais beaucoup trop donné. 

En 2016, 2 étapes clefs m'ont fait prendre du recul sur ma situation.
- La première, mon "Pechakucha" : Un Pechakucha, c'est aller sur scène devant une cinquantaine de personnes, résumer sa vie et son travail en 20 images et développer ces images en seulement 20 secondes. Autrement dit, ressortir de là avec une vision assez schématisée de sa vie. C'est assez violent! 

-La deuxième, mon passage à l'école supérieure, la Helha.
Quand ils m'ont invité pour expliquer "ma succès story", j'ai ris. La notoriété du blog avait de toute évidence beaucoup plus d'importance que ce que j'avais en tête. Expliquer à des jeunes publicitaires en fin d'études comment j'ai développé le blog m'a obligé à prendre du recul. Avec eux, j'ai cherché à répondre à des questions qui semblaient essentielles : Oui mais après? 
En rentrant et en voyant les photos de mon passage à l'école, l'air épuisée, ça m'a fait l'effet d'un electrochoc. 

2017, une nouvelle page blanche! Je ne voulais rien lâcher. Evidemment, j'aime tous mes jobs. Et pourtant, mon corps, mon mental et mon ostéopathe m'ont envoyés des signes plus que concrets : Il fallait se recentrer.
Le Yes Market est devenu un groupe Facebook énorme de 13000 personnes. J'étais la seule administratrice. Le blog a passé la barre des 100 000 visiteurs uniques. Pour vous donner un chiffre de comparaison, il y a 15 000 mariages par an en Belgique francophone (Wallonie+Bruxelles).
La communauté mariage derrière AISY et le Yes Market est devenue énorme, en demande de rencontres, d'événements, de passer au delà du web. J'étais tellement dans un rythme effréné que je n'ai pas pris la peine de regarder les chiffres et pourtant, ils sont bien là. VOUS êtes bien là!

Dans les magasins, j'entends parler du Yes Market. On m'interview et je passe au journal télévisé, 2 fois. On parle d'AISY dans les magazines, lors des mariages que je photographie. Personne ne sait que je suis derrière ça et je souris timidement. 

Et puis, comme une évidence pour rassembler cette communauté et passer du virtuel au réel, on met en place le projet ultime pour le blog. Le festival du blog, le Oh Darling Festival. Comme sur le blog, on met en lumière ce qu'il se fait de plus chouette en Belgique, on inspire, on conseille... Mais lors d'un événement de 2 jours. Dans la vie réelle!

C'est le projet que j'ai voulu entreprendre de la manière la plus propre qu'il soit, en me laissant le temps de faire les choses. Des choix difficiles, comme diminuer ma saison de mariage de moitié en acceptant beaucoup moins de dates. Le Yes Market, c'est la seule chose que j'ai vraiment lâché. Le laisser partir, c'était un peu comme abandonner l'un des bébés que j'avais créé. J'en étais fière... Mais c'était nécessaire. Laisser partir une communauté si vivante alors que je créais un événement, c'était abandonner l'idée de communiquer à ce propos sur le groupe. DUR. Il existe toujours sous le nom de Yes Vibes mais n'a plus aucun lien avec moi. 
J'ai aussi accepté beaucoup moins de travail chez Femmes d'Aujourd'hui. Je me suis laissée la fin d'année complètement libre pour me donner à 100% sur l'organisation de ce projet. Et puis, je me suis entourée d'une associée en qui j'ai une confiance aveugle, qui partage la même passion que moi pour le mariage. 

Autant vous dire que je travaille toujours les dimanche et jours fériés. Mais je pense avoir trouvé un certain équilibre. Dans ma tête, c'était très clair. Dans la réalité, ça n'a  pas toujours été simple. Et pourtant... Dans 20 jours aura lieu cet événement dont on est super fières.

Alors voilà! Je n'ai pas le temps de bloguer du bon contenu mariage. Mais je dois me rendre à l'évidence, ce blog, c'est aussi moi et mes projets fous.
Je vais vous bloguer le déroulé de cette organisation complètement dingue qu'a été le festival. La recherche du lieu, notre sélection des prestataires, notre communication, le magazine Oh Darling, la déco... Les bons moments mais aussi les soucis... Et le jour J bien sur! 
Je vous prépare donc quelques posts similaires durant cette semaine de repos pour les fêtes, à lire entre 2 siestes et la digestion. Et puis là, je file en cuisine pour nos invités de ce soir. 

Je vous souhaite un super réveillon de Noël. Des moments chaleureux et conviviaux entourés de vos proches. Et je vous dis merci, d'être toujours là et de me suivre dans mes projets fous! 

AisyAnd I Said Yes1 Comment