Les chroniques de Lilia - Episode 16

 « Mais après le mariage, y’a quoi ? »

Tous les blogs et tous les livres sur le thème du mariage évoquent les préparatifs et la journée du mariage. Ils décortiquent tout dans les moindres détails, ils vous guident parfois vous perdent aussi parfois dans l’organisation du mariage.

Pourtant, s’il est un sujet tabou, c’est bien l’après mariage. Aucune bibliographie n’aborde le sujet. Pourtant toutes les mariées méritent de savoir ce que c’est l’après mariage. Il faut s’y préparer. L’après mariage c’est le lendemain matin de ton mariage, quand tu te lèves et tu te sens vide. Pas de DIY à réaliser, pas de magasin de décoration à faire, pas de brocante à rejoindre pour chiner, pas de mail de tes prestataires à lire, en fait tu n’as plus d’objectif, tu n’as plus d’élément motivant tes activités, ou occupant tes week-ends. Ta famille et tes proches regagnent leurs villes respectives, et puis ton appartement initialement show room du salon de mariage, puis salle de réception la veille du mariage, se vide. La voix du Pilou résonne dans cet appartement vide (bon, ok j’exagère un peu).

Le premier jour de mariée, j’ai pleuré. Puis cela a duré 10 jours. J’aurais dû me faire sponsorisé par Kleenex. L’apogée de ma dépression post mariage a eu lieu à la projection des photos de notre mariage organisée par Maddy, notre photographe. Le principe était cependant séduisant : quelques jours après le mariage, Pilou et moi étions conviés au studio de Maddy pour une séance de visionnage des photos. La mise en scène était parfaite, lumière tamisée, plaid, coupettes de champagne, rétroprojecteur, musique d’ambiance. Au moment même, où je suis rentrée dans le studio, j’ai laissé débordé de mes yeux un torrent de larmes. Pilou et Maddy se sont rapidement échangés un regard genre « Mais qu’est ce qu’il lui arrive ? » de la part de Maddy, et Pilou lui a répondu d’un regard genre « T’inquiète, elle est comme ça depuis 10 jours ». Là, je me suis sentie tellement bête… Et bien, j’ai encore plus pleuré. Certains croiront que je pleurais peut être car ce mariage avait eu quelques imperfections, mais non, je pleurais  toute la nostalgie de l’ensemble de cet événement cher à mes yeux. Et pourtant, je n’avais œuvré que trois semaines durant pour réaliser ce mariage. Imaginez mon désarroi si j’avais œuvré un an plus tôt.

Donc, à toi future mariée, je veux te sensibiliser à cette pathologie nommée « la dépression post mariage ». Tu n’y échapperas pas, tu inonderas l’épaule bienveillante de ton mari de tes larmes, tu ressembleras à un panda géant tellement ton maquillage censé être waterproof ne résistera pas à ton chagrin, et tellement tu te consoleras avec les restes de ton wedding cake pouvant faire office de petit déjeuner, déjeuner ou diner. L’attitude préventive consiste dans un premier temps à enchaîner mariage et voyages de noces dans la foulée afin que le retour à la réalité soit moins brutal. L’attitude thérapeutique ? Pour ma part, cela aura été de finir mon wedding cake, et d’envoyer les cartons de remerciement. Ils m’ont sauvé ces petits cartons : cela consistait en ma dernière mission en tant que mariée. Je l’ai donc accomplie avec attention, et beaucoup d’implication. Cette mission entamait ma guérison.

Quelques récidives aiguës de cette pathologie survinrent. Les facteurs déclenchant étaient la consultation de notre album de mariage, les séances de visionnage familiales. La symptomatologie était toujours la même : pleurs immotivés, tristesse de l’humeur, nostalgie accrue. Mais la guérison était immédiate, et annoncée par notre futur projet la séance « trash the dress ». Il s’agit là d’une séance encore organisée par notre très chère Maddy où les époux se laissent photographier dans leurs tenues dans des lieux et situations improbables. Cela constituera la dernière étape de ce mariage, comme pour clôturer un (très beau ) chapitre de notre histoire de vie avec Pilou en attendant le suivant.