LES CHRONIQUES DE LILIA - EPISODE 4

 "Un mariage au coin du feu"

Le mariage d’hiver on en fait toute une histoire, mais au fond, à bien y réfléchir cela peut finalement être l’occasion d’un très beau mariage. Et puis, de toute façon, je vous avoue que je n’en avais pas trop le choix car j’allais me marier le 16 Décembre !!!

Dans notre belle région (oui, c’est bien de l’ironie), l’été, tu as froid, l’hiver tu as froid. Il s’agit là d’un constat climatique totalement subjectif sortant de la bouche d’une sudiste, et que j’assume pleinement. Chez moi, dans ma région natale, l’été, tu as chaud, l’hiver tu as chaud et tu ne mets pas de pneus neige à ta titine non plus. Vous voudriez certainement savoir où il fait bon vivre comme ça…. Nan, nan, nan… La chute pourrait être vertigineuse car je ne me marierai pas là bas, mais ici, dans le « grand » froid avec les stalactites, la neige et le verglas (j’exagère certainement un peu, mais de mon point de vue, tout cela me semble bien réel).

Revenons un peu à nos moutons, il me fallait donc trouver tous les éléments qui allaient pouvoir rendre ce mariage d’hiver atypique. J’ai donc réalisé une liste de mots clés en rapport à la saison hivernale pour orienter mes choix :

- peau de bête (à lire « peau de bèèèèèèèèèèète » – ça fait plus bestial !)
- feu de cheminée
- soupe
- bougie
- traineau
- raclette…

Donc, en gros, j’allais arriver à mon mariage en traineau, vêtue d’une peau de bête, pour me marier à la bougie, avec à l’issue un somptueux dîner avec une soupe en entrée, une raclette en plat, le tout devant un feu de cheminée. Bizarre ce mélange de « la petite maison dans la prairie » avec un documentaire sur « les inuïts »…

Plus sérieusement, il fallait que je prévoie collants, épais de préférence, chaussures adaptées (au revoir mes petites escarpins à bouts ouverts que j’imaginais), les gants, le parapluie, une sorte de bonnet chic, des petites chaufferettes… autant dire qu’à lire cette liste « to buy », on pourrait se dire que j’allais partir en randonnée au Pérou. Bref, il fallait s’adapter! Mais le plus dur résidait vraiment dans le choix du manteau ou de la veste qui allait me permettre de pas finir congelée comme les statues d’une certaine démonstration annuelle sur la place de notre « jolie » ville.

J’ai donc fait toutes les boutiques de mariage, j’ai yeuté tous les sites de mariage, les sites de vente en ligne… j’ai même essayé des caniches blancs sur mes épaules: tu sais cette petite fausse fourrure de « pilou-pilou » blanche avec ce petit nœud de satin blanc que toutes les boutiques te proposent. Mais non, il n’y a pas moyen, je ne mettrais pas cela à mon mariage: autant que je mette mon pyjama blanc en polaire blanche, plus de style et surtout moins cher. Jusqu’à 4 jours avant le mariage (quand je vous disais que je fais tout à l’arrache), j’ai déniché la petite perle : halo de lumière autour de LA belle pièce, petite musique mystique en fond sonore accompagnant chacun de mes pas vers elle. C’est bon, j’avais LA veste, en laine écrue et petit cachemire, manche trois quart, doublure en soie, reliefs de tricots en toute délicatesse. La vendeuse avait bien flairé son coup : « toutes les parisiennes le portent, c’est vraiment stylé, y’a pas à dire ». Bon, j’ai craqué : et être stylée en hiver et pour son mariage, cela a tout de même un coût… Mais je ne le regrette toujours pas !

La suite, c'est mardi prochain !


 

LES CHRONIQUES DE LILIA

Qui est Lilia? "J'ai 30 ans, je me suis mariée le 16 décembre 2015 à l'issue d'un long périple et d'une organisation express en 3 semaines (paradoxal, non?). L'élu s'appelle "Pilou". Nous sommes tous les 2 militaires, chacun dans une spécialité très prenante en terme d'emploi du temps, et imposant de multiples départs à l'étranger au pied levé, ayant compliqué l'organisation du grand jour."